oblat


oblat

oblat, ate [ ɔbla, at ] n.
• 1549; lat. oblatus « offert », p. p. de offerre, l'oblat se donnant à un couvent avec ses biens
1Personne qui s'est agrégée à une communauté religieuse en lui faisant donation de ses biens et en promettant d'observer un règlement, mais sans prononcer les vœux et sans abandonner le costume laïque. « L'Oblat », roman de Huysmans.
2Religieux de certains ordres. Les oblats de Saint-François de Sales, de Marie-Immaculée.
3 N. m. pl. Liturg. Tout ce qui est offert à l'occasion d'une messe (pain bénit, cierge, quête, etc.).

oblat, oblate nom (latin oblatus, offert) Enfant offert par ses parents à un monastère pour son éducation et pour le service de Dieu. Nom porté par les membres de certaines congrégations religieuses, notamment par les oblats de Marie-Immaculée, institut missionnaire fondé à Marseille en 1816. Personne affiliée à un monastère sans avoir prononcé de vœux religieux.

oblat, ate
n. RELIG CATHOL Laïc qui se joint à une communauté religieuse sans prononcer de voeux.
|| Religieux de certains ordres.

⇒OBLAT, -ATE, subst.
A. —[Désigne une pers.] Gén. au masc., parfois au fém.
1. Vieux
a) Enfant qui était autrefois consacré à Dieu et donné par ses parents à un monastère. Le chapitre 59 de la Règle traite des enfants offerts par leurs parents aux cloîtres; et, en effet, pendant des siècles, les Bénédictins ont élevé des petits oblats dans leurs maisons (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.194).
b) Ancien soldat infirme, femme noble tombée dans la misère ou demoiselle pauvre que le roi plaçait comme pensionnaire dans une abbaye de nomination royale. Synon. moine lai. Chaque abbaye de fondation royale possédait un moine appelé «oblat ou lay» dont la nomination appartenait au Roi. Il y envoyait généralement un vieux soldat infirme ou blessé (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.194).
c) Oblats de l'Église, oblats de la Sainte Vierge. ,,Titre qui fut donné aux princes normands du midi de l'Italie, qui offrirent leurs possessions à l'Église`` (LITTRÉ; ds Lar. 19e, Lar. Lang. fr.).
2. Usuel
a) Personne qui s'est agrégée à une communauté religieuse, généralement après lui avoir fait don de ses biens, qui en observe les règlements mais sans prononcer de voeux ni renoncer au costume laïque. M. Bruno est une personne qui a renoncé au monde et qui, sans avoir prononcé de voeux, vit en clôture. Il est ce que notre règle nomme un oblat (HUYSMANS, En route, t.2, 1895, p.30). Les oblats (...) subissaient un noviciat de deux ans; on ne leur accordait pas le titre de frère et ils conservaient le nom et la tenue qu'ils portaient dans le siècle (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.192):
1. En général, les oblates, qui étaient souvent des mères ou des soeurs de religieux désirant vivre auprès de leur fils ou de leur frère, lavaient et reprisaient le linge de la communauté, brodaient des ornements sacerdotaux, fabriquaient des hosties et d'aucunes pansaient les infirmes des environs.
HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903 p.207.
b) Membre masculin ou féminin de certains ordres religieux. Père oblat; faire profession d'oblat. Sa Sainteté Léon XIII n'a donc fait que répéter les éloges de son prédécesseur du onzième siècle lorsqu'il a (...) prôné l'établissement des oblats Bénédictins et déclaré qu'il fallait l'aider et le propager (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903 p.204). On a posé dimanche matin sur les murs de Nancy, des affiches avec plan, annonçant pour le 21 septembre prochain la vente des terres et du couvent des anciens oblats de Sion (BARRÈS, Cahiers, t.4, 1906, p.196):
2. ... je sais que les oblats étaient considérés comme personnes ecclésiastiques par le droit canon, et qu'ils étaient dotés du privilège de l'exemption de l'Ordinaire, dit M.Lampre. (...) chez les Camaldules, les professions des oblats étaient souvent identiques à celles des moines, avec cette différence néanmoins que l'Église ne les reconnaissait pas solennelles et indissolubles.
HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.203.
Rem. 1. Les plus connus sont les oblats de Marie Immaculée (O.M.I.) et les oblats de Sion (supra Barrès). 2. Tantôt les oblats prononcent des voeux, tantôt ils n'en prononcent pas, tantôt ils sont laïcs, tantôt prêtres. Les oblats pouvaient être célibataires ou mariés, laïques ou prêtres; (...) les oblats pouvaient dépendre d'un couvent de femmes et les oblates d'un couvent d'hommes (HUYSMANS, loc. cit.).
3. [P. réf. au sens étymol.] Personne se sacrifiant. Nous n'étions rien et voici que nous sommes les élus de la souffrance, les oblats, les martyrs (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p.239).
B. —[Désigne une chose] Vx, gén. masc. plur., LITURG. Le pain et le vin offerts pour la célébration eucharistique. (Dict. XIXe et XXe s.).
Rem. Rare au fém. plur. Songez enfin, poursuivit l'abbé, aux pyxides dans lesquelles on conserve les espèces panifuges, les oblates saintes (HUYSMANS, Cathédr., 1898, p.133).
P. ext. Tout ce qui est offert à l'occasion du sacrifice eucharistique. (Dict. XIXe et XXe s.).
REM. Oblateur, subst. masc. Celui qui fait une offrande. Je pourrais vous nommer huit ou dix cardinaux, moines ou monsignori, que l'on gagnerait avec des napoléons offerts avec sagacité; mais où est l'oblateur adroit? (STENDHAL, Corresp., 1841, p.270).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-at]. Att. ds Ac., le masc. dep. 1694, le fém. en 1935. Étymol. et Hist. I. 1. a) 1549 oblat de religion «laïque vivant dans un couvent auquel il a donné ses biens» (EST.); b) 1611 oblat de religion «novice» (COTGR.); c) 1690 «enfant voué à sa naissance au service de Dieu» (FUR.); d) 1721 subst. fém. «religieuse d'un ordre ou congrégation fondée par Sainte Françoise» (Trév.); 2. 1607 «ancien soldat mis par le roi comme pensionnaire dans une abbaye de nomination royale» (PASQUIER, Rech., III, 35 ds GDF. Compl.). II. 1. 1721 subst. fém. oblate (Trév.: oblate ou oblation. C'est en stile d'ancienne liturgie les pains, dont on se servoit au sacrifice de la Messe); 2. 1898 subst. fém. oblates «hostie» (HUYSMANS, loc. cit.). I empr. du lat. eccl. oblatus «offert» part. passé du verbe offerre, désignant «celui qui a été offert dès l'enfance à un monastère» (DU CANGE, NIERM.). II empr. du lat. eccl. oblata «offrande, pain offert pour l'eucharistie, hostie», part. passé fém. substantivé de offerre (BLAISE Lat. chrét., DU CANGE). Fréq. abs. littér.:275. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4, b) 15; XXe s.: a) 1745, b) 106.
DÉR. Oblature, subst. fém. État d'oblat. Au bout de ces trois ans d'oblature, on devait bien voir si le monde était définitivement mort pour votre serviteur (BENOIT, Atlant., 1919, p.72). []. 1re attest. 1903 (HUYSMANS, Oblat, t.2, p.20); de oblat, suff. -ure. Fréq. abs. littér.: 53.

oblat, ate [ɔbla, at] n.
ÉTYM. 1549; lat. oblatus « offert », p. p. de offerre « offrir », l'oblat étant primitivement un enfant donné à un monastère, ou quelqu'un qui se donnait à un couvent avec ses biens.
Religion.
1 Personne qui s'est agrégée à une communauté religieuse en lui faisant donation de ses biens et en promettant d'observer un règlement, mais sans prononcer les vœux requis d'un moine ou d'une religieuse et sans abandonner le costume laïque. || Un oblat bénédictin. || L'Oblat, roman de Huysmans.
2 (1815). Religieux, dans certains ordres. || Les oblats de Saint-François de Sales, de Marie Immaculée.
tableau Principaux noms de religieux.
3 N. m. pl. Liturgie. La « matière prochaine » du sacrement eucharistique, le pain et le vin. Oblation.Par ext. Ce qui est offert à l'occasion du Sacrifice : luminaire, pain bénit, dons honoraires ou quêtes.
4 N. f. (1874). Hist. || Oblate : femme noble tombée dans la misère, et placée par le roi dans un couvent.
DÉR. Oblature.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • oblat — oblat …   Dictionnaire des rimes

  • Oblat — (von lateinisch oblatus, Partizip Perfekt Passiv von offerre, darreichen, entgegenbringen, opfern ) hat verschiedene Bedeutungen: das/die Oblat (von lat. oblata, Hostienbrot für das Meßopfer, Gebäck ), mittelhochdeutsche, als Nebenform bis ins 19 …   Deutsch Wikipedia

  • oblat — OBLÁT, Ă s. m. f. 1. membru al unui ordin religios. 2. laic admis (pentru donaţiile făcute) să trăiască într o mănăstire. (< fr. oblat, lat. oblatus) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • oblat — Oblat. s. m. On appelloit ainsi autrefois, Un soldat qui ne pouvant plus servir à cause de ses blessures, ou de sa vieillesse, estoit nourri & entretenu dans une Abbaye, & on le nommoit autrement Moine lay. Chaque Abbaye payoit autrefois cent… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • oblat — òblāt m <G obláta> DEFINICIJA 1. pov. a. (u ranom srednjemu vijeku) dijete koje roditelji daju u samostan, gdje se odgaja b. svjetovnjak koji živi u samostanu ili blizu njega i koji je sebe i svoje imanje predao samostanu 2. član redovničke …   Hrvatski jezični portal

  • Oblat — Pour les articles homonymes, voir Oblate. Un oblat (oblats au pluriel), dans le monachisme chrétien (Églises catholique et orthodoxe), désigne une personne qui s offre (du latin oblatus : offert) au service de Dieu. Il s agit de laïcs ou de… …   Wikipédia en Français

  • oblat — (o bla) s. m. 1°   Nom qu on attribuait autrefois aux enfants qui étaient donnés par leurs parents à quelque monastère, et à ceux qui s y donnaient eux mêmes, avec leurs biens et quelquefois avec toute leur famille. Un décret de l assemblée d Aix …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • oblat — Un Oblat de religion, Hierodulus. B …   Thresor de la langue françoyse

  • OBLAT — s. m. Il se disait autrefois d Un laïque, ordinairement homme de guerre invalide, qui était logé, nourri et entretenu dans une abbaye ou dans un prieuré de nomination royale. On disait autrement, Moine lai …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • oblat — o|blat Mot Agut Nom masculí …   Diccionari Català-Català


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.